Sélectionner une page

Quand on a quelque chose à faire de désagréable, c’est fou ce que ça peut nous miner le moral voire gâcher une journée… Et puis comme ça nous ennuie de le faire, voire nous l’appréhendons, nous repoussons sans arrêt la mise en action. Procrastination quand tu nous tiens !

Étant comme cela moi aussi, j’ai trouvé une maxime arabe qui m’a épargné bien des tracas par la suite, et me permet de passer plus vite à l’action : il s’agit d’avaler son crapaud dès les premières heures du matin. Car selon la maxime, avaler un crapaud est probablement la chose la plus désagréable que vous aurez à faire de la journée, donc autant le faire tout de suite pour en être débarrassé pour le reste du jour, et avoir ainsi le cœur et l’esprit plus léger.

Bien-sûr, loin de moi l’idée de vous faire avaler un batracien chaque matin ni de faire souffrir ces pauvres bêtes… Mais plutôt que l’on s’attaque dès le matin à ce que l’on sait être la cause du plus d’appréhensions ou de désagréments dans ce que l’on va avoir à accomplir dans la journée.

Un joli petit crapaud ;)

Si nous ne le faisons pas : le problème reste en « arrière scène » dans notre cerveau et nuit à notre capacité de concentration, donc notre efficacité (en plus de notre tranquillité d’esprit).

Qui n’a pas essayé de se concentrer alors qu’il avait un coup de téléphone désagréable à passer ? Amusant comme on n’y arrive pas, n’est-ce pas ?

D’ailleurs, il est facile de savoir quand nous sommes dans cette situation : dès que nous laissons divaguer nos pensées, elles vont automatiquement vers ce problème non traité. Nous ne pouvons donc complètement nous consacrer à ce que nous faisons car une partie de notre cerveau est occupé à essayer de résoudre le problème laissé en suspens… ou trouver des bonnes raisons pour repousser son accomplissement. Et en plus, ces reculades ne font qu’augmenter nos réticences à passer à l’action, qui font que l’on repousse encore plus le moment de le faire. Cercle vicieux.

Si nous avalons notre « crapaud » dès le matin : une fois pris le courage à deux mains (on peut même se répéter un petit slogan motivant comme énoncé ici), on se lance pour faire le plus désagréable de la journée en premier. Plus on s’y met de bonne heure, plus vite on est débarrassé (ce qui ne veut pas dire bâcler ce qu’il y a à faire). On peut donc affronter le reste de la journée avec le sourire, car ce qu’il reste à faire est beaucoup plus facile et nous n’avons plus le cerveau occupé à autre chose. La tranquillité d’esprit, ça n’a pas de prix ! A part le courage de s’y mettre… Mais rendu là, si vous hésitez encore, la question à se poser est : « Que voulez-vous le plus ? »

En résumé :

Pour passer une journée optimale, il vaut mieux « avaler son crapaud » dès le matin pour avoir l’esprit tranquille et serein le reste de la journée, donc être plus efficace et de meilleure humeur.

Pensez-y la prochaine fois qu’une obligation en forme d’épouvantail pointera le bout de son nez !

« J’ai appris au fil du temps que quand nous sommes fermement résolus, notre peur diminue. »
Rosa Parks

Je suis sûre que vous connaissez quelqu’un à qui cet article serait très utile. Soyez généreux, partagez-le lui !