Sélectionner une page

Chaque début d’année, nous formulons tous des vœux plus ou moins conscients pour l’année à venir. Les bonnes résolutions sont assez passées de mode, car on sait de toute façon que personne ou presque ne les tient. Je vous propose quelque chose de différent.

Pourquoi ne tenons-nous pas les résolutions ?

Tout simplement parce que ce sont des contraintes extérieures que l’on se met, des « comportements à avoir » ou des « choses à faire » qui nous sont le plus souvent dictées par ce que l’on pense devoir faire ou être (autrement dit « la pression sociale »).

Les vœux de Jacques Brel : kezako ?

Ce sont les vœux que Jacques Brel a prononcé à Europe 1 le 1er janvier 1968 :

« Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns.
Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier.
Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants.
Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir.
Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque.
Je vous souhaite de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille.
Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable. »

Jacques Brel

1er enseignement :

Les rêves, nous devons toujours en avoir pour nous extraire de notre routine de tous les jours. Mais surtout, il faut avoir l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns, au lieu de se contenter de rêver. C’est ce qui donne du piment à notre vie quotidienne. Si nous avons des rêves mais que nous nous contentons d’attraper seulement ceux qui passent à notre portée alors que nous sommes assis sur le canapé devant la TV, alors nous mourrons fossilisés sans avoir jamais rien fait.

2ème enseignement :

Passions, silences, chants d’oiseaux, rires d’enfants… on voit bien ici que l’on ne peut être heureux avec un seul type d’activité. L’alternance, le fait de nourrir différentes parties de notre être et de notre âme, nous qui sommes des êtres aux multiples intérêts et dimensions, voilà le secret. Et c’est amusant mais on ne voit nulle mention de l’argent ici, l’argent étant un moyen et non une fin, comme souvent on veut nous le faire croire. Si on attend d’être riches pour être heureux, le jour où nous le serons nous serons tout aussi malheureux car le bonheur dépend de ce que nous avons à l’intérieur de nous, pas de nos possessions.

3ème enseignement :

Les autres sont différents, ça nous le savons. Les accepter tels qu’ils sont sans vouloir les changer, y compris quand il s’agit de notre conjoint(e), voilà qui est plus difficile ! Et si nous essayions de voir l’autre par le prisme de ses qualités et non par ce qu’il fait différemment de ce que nous aimerions ? Notre vie en serait changée... Nous ne sommes pas la somme de nos défauts, ni même celle de nos qualités d’ailleurs ; nous sommes bien plus que cela et c’est ce qui nous rend uniques.

La vie n'est pas un long fleuve tranquille

4ème enseignement :

Résister à l’enlisement, ne jamais renoncer sans avoir livré une vraie bataille… oui, la vie est aussi faite de moments de combats ! Et dire que l’on essaie de nous faire croire que la vie est un long fleuve tranquille sur lequel ceux qui sont bien pourvus naviguent sans efforts. Une chose est certaine : RIEN N’EST PLUS FAUX. Tous ceux qui sont heureux vous le diront : atteindre le bonheur intérieur et préserver ce bonheur n’arrivera jamais si vous vous tournez les pouces en attendant que ça vienne tout seul. JAMAIS. J-A-M-A-I-S. Alors arrêtez de croire la dernière recette à la mode qui vous prédit de maigrir sans rien changer à vos habitudes, de vous donner un corps de dieu grec sans transpirer, ou d’être riche sans rien faire ou presque. C’est du vent. Si ça marchait, cela ferait longtemps qu’on serait tous sveltes avec des corps d’athlètes, et qu’on se promènerait les poches pleines de billets. Comme ce n’est pas le cas, rendez-vous à l’évidence que ça ne fonctionne pas (ça vous évitera de perdre de l’argent pour rien) et retroussez-vous les manches. Arrêtez d’acheter la facilité car tout ce que vous réussissez à faire à ce moment-là, c’est rendre riche des camelots dignes des foires du siècle passé.

5ème enseignement :

Le bonheur est notre vraie nature, et c’est en étant nous-mêmes que nous l’atteindrons. Pas en étant ce que nous croyons que les autres voudraient que nous soyons (ça devient un peu compliqué du coup là 😉 mais en fait c’est nous qui nous compliquons la vie !). Si nous respectons notre vraie nature, si nous respectons nos besoins fondamentaux en terme de relations aux autres, d’espace pour bouger, d’expression de ce que nous sommes, nous sommes heureux car notre vie vibre au même rythme que notre tempo intérieur.

Bref, si je devais résumer :

  • Donnez-vous le droit de rêver mais surtout bougez-vous les fesses pour accomplir vos rêves
  • Vivez chaque jour avec intensité en nourrissant les différentes parties de votre être
  • Acceptez les autres tels qu’ils sont, sans vouloir les changer, en se focalisant sur leur richesse intérieure
  • La vie est une bataille, mais elle vaut tellement le coup !
  • Soyez fiers et heureux d’être vous-mêmes, c’est le secret du bonheur

Alors, faites-vous vôtres les vœux de Jacques Brel ?

VOIR AUSSI:

 

A LIRE AUSSI:

Les articles sur :